Le pétrole monte, les promesses saoudiennes convainquent

Les prix du pétrole montaient

Les cours du pétrole remontaient mardi en fin d’échanges européens, soutenus par l’Arabie saoudite, qui s’est engagée à limiter ses exportations en novembre, tandis que la production américaine a été légèrement perturbée par la tempête Nate.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 56,85 USD sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,06 dollar par rapport à la clôture de lundi.

EFTG

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de « light sweet crude » pour le contrat de novembre gagnait 1,39 dollar à 50,97 USD le baril.

L’or noir a repris des couleurs après avoir reculé vendredi et ouvert en baisse lundi, le Brent ayant alors touché son plus bas en trois semaines à 55,06 USD le baril

« Le WTI  et le Brent ont profité mardi de l’annonce de l’Arabie saoudite de la veille, qui a réduit ses exportations de 560.000 barils par jour. Le plus grand exportateur de pétrole du monde tient son engagement de limiter sa production« , a résumé David Madden, analyste chez CMC Markets.

L’annonce de l’Arabie saoudite intervient alors que les marchés s’interrogent sur l’avenir de l’accord qui lie l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, dont la Russie, jusqu’à fin mars 2018 pour réduire l’offre mondiale

« L’année a été complexe pour l’OPEP, notamment à cause de la hausse de près de 10% de la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis alors même que le cartel essayait de réduire l’offre et de faire remonter les prix« , a rappelé Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

« Les investisseurs vont continuer de guetter le moindre détail sur les +mesures exceptionnelles+ (évoquées par le secrétaire général de l’OPEP Mohammed Barkindo dimanche, ndlr) et sur des signes que l’OPEP étendra son accord au delà du mois de mars« , a-t-il ajouté.

La prochaine réunion de l’OPEP est prévue pour la fin du mois de novembre à Vienne.

Par ailleurs, les prix ont été soutenus à court terme par la tempête Nate, qui a perturbé les activités d’extraction de brut.

Cependant, à plus long terme, la hausse de la production américaine, dont les exportations ont atteint de nouveaux records la semaine dernière, pourrait peser sur les prix.

« Nous ne pensons pas que le risque pour les prix du Brent soit encore les réserves massives à travers le monde, mais plutôt l’arrivée d’exportations de brut américain sur le marché, qui pourraient atténuer la hausse des prix en Europe« , ont estimé les analystes de  UniCredit.

Afp