Les parcs éoliens en pleine mer pourraient fournir le monde entier en énergie

parcs éoliens en pleine mer

Les parcs éoliens en pleine mer pourraient générer bien plus d’énergie renouvelable que ceux installés sur la terre ferme, possiblement assez pour fournir le monde entier, selon une étude publiée lundi aux États-Unis.

Des chercheurs de la Carnegie Institution for Science ont découvert que les vents plus forts rencontrés en pleine mer pouvaient produire cinq fois plus d’énergie que ceux soufflant sur la terre ferme.

EFTG

Bien qu’il n’existe actuellement aucun parc éolien à grande échelle en eaux profondes, les résultats de l’étude suggèrent que cette technologie vaut la peine d’être étudiée, et ce même si la puissance de tels parcs devait varier en fonction des saisons.

« En hiver, les parcs éoliens de l’Atlantique nord pourraient fournir une énergie suffisante pour répondre à tous les besoins actuels de la civilisation », selon cette étude publiée dans les Comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS).

En été, en revanche, « de tels parcs éoliens pourraient seulement générer assez de courant pour couvrir les besoins en électricité de l’Europe, ou éventuellement des États-Unis », selon l’étude. Celle-ci s’appuie sur des modèles informatiques comparant la productivité des grands parcs éoliens du Kansas, à des fermes éoliennes imaginaires géantes installées en pleine mer.

Dans certaines régions, en particulier dans l’Atlantique nord, les parcs éoliens pourraient être beaucoup plus puissants parce que la résistance des pales de leurs turbines ne ralentirait pas autant les vents qu’elle ne le ferait sur terre.

En outre, les parcs éoliens en pleine mer sont plus à même de capturer l’énergie provenant du haut de l’atmosphère. « Nous avons constaté que les parcs éoliens océaniques géants sont capables de profiter de l’énergie des vents d’une grande partie de l’atmosphère, tandis que les parcs éoliens à terre restent limités aux ressources éoliennes proches de la surface », a déclaré Anna Possner, coauteure de l’étude.

Afp