Traitement des déchets : Les CET nécessitent une mise à niveau

La ministre de l’Environnement et des énergies renouvelables, Fatima Zahra Zarouati, a confié une nouvelle mission à l’Agence Nationale des Déchets (AND), qui consiste en l’accompagnement de l’entreprise nationale de gestion des déchets dans le cadre de la mise à niveau des centres d’enfouissement technique (CET), relevant actuellement des défaillances constatées au niveau de la gestion. Et ce, à travers la signature d’une convention entre les deux entités, ratifiée hier (mardi) à Tiaret.

La ministre a déploré lors de sa visite d’inspection dans la wilaya, le fait que «les CET étaient censés recevoir entre 2 à 3% seulement des déchets, tandis que le reste devait être recyclé et récupéré», en précisant que «nous avons prévu une durée de vie de ces centres jusqu’en 2030, mais au rythme actuel, nous n’atteindrons pas cette date».

Mme, Zarouati a indiqué que «la signature de cette convention entre l’entreprise nationale de gestion des déchets et l’AND intervient dans le but de mettre à niveau ces centres, et former les cadres de ce secteur pour  permettre de mieux maitriser la récupération et le traitement des déchets». Dans ce cadre, la ministre de l’environnement n’a pas caché sa volonté de se contracter avec «des entreprises étrangères spécialisées, notamment dans la réalisation d’études qui permettront la bonne gestion des différents services du secteur de l’environnement, à l’instar de l’expérience sud-coréenne dans la capitale Alger à laquelle nous avons fait appel», a-t-elle rappelé.

De son côté, le directeur général de l’Agence nationale des déchets, a assuré en marge de la signature de la convention avec l’entreprise nationale de gestion des déchets que «son agence veillera à la mise en place d’un plan de gestion des déchets plus efficace, qui reposera sur un nouveau système qui permettra la réduction de la quantité de déchets enfouie et la bonne exploitation des espaces d’enfouissement, et ainsi donner une valeur économique à ce domaine, par l’augmentation des quantités traitées et recyclées».