Nazim Saib Directeur Marketing : « Le complexe industriel de pneumatique du groupe IRIS entrera en production en début de l’année 2018 »

Dans cet entretien, Nazim Saib, Directeur de marketing du groupe IRIS nous dévoile les détails du grand complexe industriel de fabrication de pneumatiques devant entrer en service en début de l’année prochaine. D’un coût d’investissement de plus de 21 milliards de dinars, le mégaprojet produira à terme 2 millions de pneus  dont une partie est destinée au marché local et une grande partie à l’exportation.

Algérie-Eco : Peut-on savoir où en est le méga-projet de pneumatique lancé par IRIS?

EFTG

Nazim Saib : La société IRIS, dans sa stratégie d’expansion est en train de se diversifier avec un nouveau secteur d’activité en l’occurrence le pneumatique. Pour ce faire, nous avons lancé un méga complexe industriel à Sétif. Actuellement, le projet entame sa phase finale. La partie génie civile a été achevée. Toute l’infrastructure a été réalisée. Nous sommes en pleine phase d’équipement qui sera achevée d’ici la fin de l’année en cours. A partir de là, nous enterrerons dans la phase de production et par la suite la phase de commercialisation. Il faut préciser que c’est le premier complexe industriel de pneumatique en Algérie et le plus grand en Afrique, avec une capacité de 2 millions de pneus par an, entre touristiques, utilitaires et lourds. Une grande partie de la production sera destinée à l’export et l’autre partie à la consommation nationale via les différentes usines d’assemblages automobiles.

Et quand exactement entrera-t-il en production ?

Le projet comme, je vous l’avais dit suit son cours ; il est en phase finale et entrera en production d’ici le début de l’année 2018.

En parlant d’export, est-ce que ces pneus sont aux normes internationales exigées dans les marchés extérieurs?

Absolument !  Il faut souligner que tout le complexe est certifié aux normes ISO, sachant que dés le départ notre ambition  était de viser l’export, tout le process et pas uniquement le produit est certifié aux normes ISO.

Vers quels pays comptez-vous exporter ?

On va exporter vers l’Afrique, l’Europe, le Moyen-Orient etc. C’est une démarche commerciale qu’on va déployer par la suite. C’est un projet ambitieux où on voit grand car on a des capacités de production énormes vu les grands volumes. Le marché national ne pourra pas les absorber, de fait, le marché extérieur est vital et obligatoire pour nous  et l’investissement qui est de l’ordre de 21 milliards de dinars.est fait de façon à ce que nous soyons présents sur les marchés internationaux.

 Vous exportez déjà des produits électroménagers, quelles sont, selon vous, les principales contraintes qui freinent les entreprises nationales, lesquelles en dépit de leurs produits de qualité peinent à être présentes et plus visibles sur les marchés internationaux ?

L’export est un nouveau métier et une nouvelle activité qui a besoin d’être réglementée et encadrée, et des infrastructures à réaliser. Nous sommes en train d’apprendre. IRIS existe depuis plus d’une décennie et nous sommes arrivés à placer nos produits dans ces marchés qui sont très appréciés chez nos voisins en Tunisie et au Maroc. Nous exportons également quelques volumes au Moyen-Orient. Des distributeurs nous permettent d’alimenter des marchés comme l’Iran, la Jordanie et l’Irak.

Nous attendons les nouveaux complexes d’électroménagers qui vont nous permettre de produire et d’exporter de grandes quantités. Ceci dit, l’export doit être développé et renforcé par des mécanismes soutenus par une réglementation, juridique ; bancaire, matérielle…etc pour accompagner la production nationale destinée aux marchés externes.  Il ya également toute une démarche de marketing, aussi diplomatique, économique, publicitaire, étude de marchés, de cibles, d’habitudes de consommation à élaborer pour être plus performants et plus percutants.

Le produit algérien doit être visible dans ces marchés. La participation aux salons, foires internationales et autres expositions est très importante. Notre groupe participe aux manifestations internationales et nous serons présents dans différents événements l’année prochaine. L’Etat accorde des facilitations dans ce sens, il faut saisir l’opportunité et passer le pas.