Rétrospective économique de la semaine

48
Rétrospective économique du 5/08 au 11/08/2017

Rien ne pouvait présager une activité économique aussi dense pour le mois d’aout, ou de coutume l’activité se met en veilleuse. Mais sous fond de conjoncture difficile, d’arrivée du nouveau gouvernement, et l’explosion de plusieurs polémiques, les réactions et les décisions radicales, ont vite pris le dessus sur les besoins de repos.

On débute la semaine avec un constat catastrophique dans l’industrie automobile, ou nous apprenons que l’activité du montage et assemblage des véhicules porté le lourds déficit de 13 milliards de dinars de manque à gagner. Et ce juste après la fameuse réunion de préparation de la tripartite ou le premier ministre Abdelmadjid Tebboune annonce le traitement des bilans des actions engagées, et de différer l’étude des dossiers de montage de véhicules. Entre temps, on nous informe que la première phase du cahier des charges de cette activité est finalisée. S‘en suit les décisions du ministre de l’industrie, elles se veulent radicale, et portent sur la révision du dispositif fiscal pour CKD et le SKD, sur la promotion de la formation, de l’accompagnement et l’accès au foncier industriel, comme moyes de redressement contre la fuite des capitaux et la surfacturation.

Autre décision qui n’a pas manqué de faire couler beaucoup d’encre, est celle de l’ABEF qui annonce l’interdiction de plusieurs produits alimentaire et non alimentaire, après avoir dénoncé des dysfonctionnements dans m’exportation de produits utilisant des intrants subventionné, la guerre au lobbys des conteneurs était déclarée.

A ce moment,  arrive comme un pavé dans la marre, la polémique qui a entouré les actions du premier ministre Abdelmadjid Tebboune, considérée  comme une opération mains propres , menée contre les hommes d’affaires, et qui très vite connu le chemin du rapport de force.

Parallèlement, la semaine se poursuit sous fonds de petites annonces révélatrices d’un  déséquilibre certain ente les actions menées et les résultats obtenus. Ainsi, on apprend que plus de 13 000 operateurs étrangers activent en Algérie, que pour lutter contre les feux de fores, le ministère de l’Agriculture préconise l’investissement dans ce secteur, que l’application du pollueur –payeur est en phase d’étude, que 6 milliards de dinars sont mobilisés pour l’eau potable, et que l’impôt forfaitaire unique réalise un rendement de 27,7 milliards de dinars.

Sans parler des 30 millions de dinars de produits pharmaceutiques saisis dans la wilaya de Sétif, du ministère des finances, qui demande le recensement de tous les postes vacants dans tous les secteurs, et  2 milliards de centimes ont été dégagées par la CNMA pour indemniser 100 agriculteurs, victimes des feux de forets.  Dans ce flot d’information, on nous fait savoir , que malheureusement, les bateaux  et les équipement de pêche financés par l’ANSEJ et la CNAC, dans 12 wilayas du pays, sont détournés pour le compte des marchands de la mort, les passeurs de « harragas », un double crime qui demeure impuni

Ceci étant, la semaine ne pouvait s’achever sans se pencher sur la fête de l’Aid El Adha, ou le ministère de l’Agriculture et de la pèche, annonce une année clémente pour les citoyens, en matière de prix et de disposition et organisation des point de vente de moutons, avec plus de 4600 commerce réquisitionnés. Tout la nouveauté, mis à part les prix qui ont baissé de 20% à 30%, cette année, l’achat du mouton se fera aussi, d’une façon moderne. Autrement dit, il est possible, de surfer sur la toile pour acheter le mouton de l’Aid par facilité. Il suffit juste de présenter un dossier composé d’un certificat de travail, d’une justification de résidence, et d’un cheque CCP.