Abe et Merkel pour le « libre-échange » et les « marchés ouverts »

Abe et Merkel

La chancelière allemande Angela Merkel et le Premier ministre japonais Shinzo Abe ont plaidé dimanche soir pour le « libre-échange » et des « marchés libres et ouverts », au moment où l’administration du président américain Donald Trump campe sur des positions protectionnistes.

« Nous voulons des marchés libres, ouverts, nous voulons évidemment du commerce juste mais nous ne voulons construire aucune barrière », a déclaré Mme Merkel dans un discours à Hanovre (centre de l’Allemagne), à la veille de l’ouverture du Cebit, le plus grand salon high-tech du monde, dont le Japon est cette année le pays invité.

EFTG

« A l’époque de l’interconnexion (…), nous voulons relier nos sociétés et coopérer de façon équitable ensemble. C’est ça, le libre-échange », a-t-elle ajouté, sans jamais nommer M. Trump, qui affiche des positions hostiles au libre-échange.

Evoquant les négociations relatives au traité de libre-échange entre l’UE et le Japon, qui pourrait être conclu en 2017, elle a jugé « bon » qu’elles soient menées avec « vigueur ». « A une époque où nous devons nous quereller avec beaucoup sur le libre-échange, l’ouverture des frontières, les valeurs démocratiques, c’est un bon signe que le Japon et l’Allemagne ne se querellent pas » sur ces sujets « mais « qu’ils conçoivent l’avenir pour le bien des gens », a-t-elle ajouté.

« C’est par la connectivité que les économies peuvent croître », a martelé de son côté M. Abe, qui a fait étape à Hanovre dans le cadre d’une tournée européenne.

Le Japon a tiré profit du libre-échange et « il veut devenir le champion qui soutient les systèmes ouverts aux côtés de l’Allemagne », a-t-il dit, insistant sur le fait que, pour y arriver, il sera nécessaire d’avoir des règles qui sont justes (…) Nous ne devons pas créer des conditions qui font que les richesses sont concentrées dans les mains de quelques personnes », a ajouté M. Abe, sans nommer lui non plus M. Trump.

« Chancelière Merkel, nous allons maintenir un monde ouvert et qui respecte les règles, qui est libre et juste et nous allons le rendre résistant », a encore déclaré M. Abe, appelant à « conclure rapidement » l’accord UE-Japon.

Ces déclarations interviennent au moment où des désaccords de fond ont eu lieu au cours du week-end pendant une réunion des grands argentiers du G20 en Allemagne, où les Etats-Unis ont ainsi notamment fait retirer du communiqué final une condamnation du « protectionnisme ».

Afp